Chroniques de supermarché 

Facebook Twitter Gplus E-mail RSS

Le facing de cowboy

J’ai décidé de créer une nouvelle catégorie, « vocabulaire », pour vous familiariser avec les termes utilisés dans la grande consommation. Parce qu’un client qui comprend ce que disent les employés de son magasin est un client heureux, et un client heureux est un client qui consomme. Si je dis ça, c’est parce que touche peut être encore des ronds sur les ventes de ma grande surface (à vérifier quand même… :/ ). Alors la 1ère expression que j’ai choisi pour inaugurer cette nouvelle catégorie est « facing de cowboy »… 😮

L’illustration est de ~gaudi3000

J’ai appris ce terme lors de mes premiers samedis. Je m’en rappelle comme si c’était hier… c’était en début octobre, il commençait à faire nuit et le magasin n’allait pas tarder à fermer ses portes. J’arpentais les rayons pour rejoindre mon coéquipier des samedis soir: Monsieur N. Mais où est-il passé? Sûrement encore à traîner dans l’allée promotionnelle. Mais qu’est-il en train de faire à remettre en place les boîtes de corn-flakes??? 😡

Moi
Qu’est ce que tu fous encore? C’est l’heure d’y aller!

Un buisson se met à rouler dans l’allée promotionnelle, désertée par les clients ayant abandonnés leurs caddies.

/* Air de musique « Man with an harmonica » */

Monsieur N., dit « Michael »
Tu vois ça petit? Ca s’appelle du « facing de cowboy ».

Ses doigts se crispent au niveau de sa ceinture, prêt à dégainer son telxon. :S

Moi
Gloups!!

Le « facing de cowboy » voyez vous, c’est un peu comme un duel entre l’employé et son rayon. L’employé sus-nommé met sa réputation en jeu, il n’a pas le droit à l’erreur. S’il remporte la bataille, son rayon paraîtra aussi plein qu’un ivrogne après une soirée au bar. Donc comme vous l’aurez compris, le « facing de cowboy » consiste à donner l’illusion au client qu’il se trouve face à un rayon plein en réavançant les articles au bord du rayonnage, alors qu’en réalité il ne contient que 3 paquets de pâtes et quelques packs de bières. Un vrai travail d’illusionniste, je vous dis. A ce petit jeu j’étais devenu un expert. :p

Cette pratique extrême (cascade de la mise en rayon?) est réalisée par des professionnels, sans filet s’il vous plaît, à des moments très stratégiques: les samedis soirs (car personne ne fait de la mise en rayon juste avant l’ouverture les dimanches matin), et pour les allées promotionnelles le week end de pâques et en fin d’année. Mais peut être avez-vous fait l’amer expérience d’avoir tenté d’acheter des chocolats de Pâques à la dernière minute? Et qu’avez vous découvert dans l’allée promotionnelle? Une façade de reste d’œufs de Pâques dont personne n’a voulu: des œufs Barbie, Action Man et autres curiosités censées plaire aux enfants, et tentant vainement de faire de l’ombre aux plus traditionnels lapins/cloches en chocolat. Et oui, c’est ça aussi le « facing de cowboy », faire vendre les invendus. Mais ça c’est une autre histoire… 🙁

Le prochain billet: Le chat qui voulait devenir épicier. 😉

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

 
Home Vocabulaire Le facing de cowboy