Chroniques de supermarché 

Facebook Twitter Gplus E-mail RSS

Les petits passe-droits

Je pensais pour la nouvelle version de mon site vous sortir des anecdotes de saison. Qu’ouïs-je (à prononcer ou-i, j’insiste!!) par là me direz-vous? Rapprochez-vous un petit peu, ne soyez pas timides. Vu que mon blog fait son petit bonhomme de chemin mois après mois, il serait intéressant de raconter des histoires en rapport avec l’actualité. Alors avec la venue des fêtes de fin d’année, je voulais vous conter une histoire de … Pâques. Silence gêné… Ce n’est pas de ma faute, c’est à cause de la mondialisation. Ha elle a bon dos la mondialisation quand même!! Et puis c’est quand même magique la mondialisation, avec elle ils arrivent à nous vendre des cerises grosses comme des melons en plein mois de décembre. Y a plus de saison ma pôv’dame!! Alors si ça ce n’est pas de la magie digne des fêtes de fin d’année. Mais bon, pour rectifier le tir je dirais que Pâques rime avec Chocolat-que (j’ai dis que ça rimait). Mais cette anecdote doit aussi illustrer quelques petits passe-droits que s’accordent les employés de grandes surfaces. Oh rien de bien méchant je vous rassure.

L’illustration est de *Shiritsu

En cette période de Pâques, l’allée centrale regorgeait de chocolats sous toutes ses formes: lapins et œufs aux tailles variées, cloches de toutes les couleurs… C’était la fête du chocolat et surtout du colorant alimentaire. Elle aurait fait succomber n’importe quelle nymphe faisant un régime cette allée centrale. Pour ces demoiselles le magasin était devenu le théâtre des pires tentations. Mais le problème de ces périodes promotionnelles réside dans les stocks de marchandises. Il est une phrase magique que tout employé de la mise en rayon aimerait voir plus souvent dans tous les catalogues promotionnels: « dans la limite des stocks disponibles ». Tout n’est pas aussi simple dans le monde de la grande distribution, car en fin de catalogue les têtes de gondoles ne proposent plus que ce que les clients ont le moins voulu. Et pour les produits pour lesquels les stocks ont été épuisés, le magasin doit quand même proposer des produits équivalents. Faîtes mois rires messieurs du marketing, hahahahaha (rire bien gras)!! Et c’est vous qui allez me transformer ma botte de radis en lapin en chocolat au lait? Remarquez avec l’hypnose on fait des miracles.

Et puis le weekend fatidique était arrivé: celui qui précède le lundi pascale. Les clients avaient vidé une grande majorité des stocks. Le choix en était réduit à quelques œufs « BarbiePouf » ou « RamboMan ». Avouez qu’il y a de quoi faire rêver les pratiquants les plus conservateurs, non? Toute la matinée les clients s’étaient succédés pour me poser la même question: « il vous reste encore cet œuf géant? Celuis de la page 8 du catalogue ». L’œuf en question était une belle bête: 2,5kg de chocolat pour une hauteur de 40 cm. Après moults courbettes, déblatérations d’excuses les plus improbables pour justifier le fait que notre produit a été victime de son succès, c’est à dire au bout de 3h, je me suis enfin décidé à aller vérifier un détail en réserve. Il se trouvait que la semaine précédente, un client en avait commandé trois exemplaires que j’avais caché dans un carton à la demande de mon chef. Et bien ce carton était toujours à sa place, au milieu des stocks de chips. Le client n’est jamais venu récupérer sa commande. Ce fut alors à ce moment là qu’une idée malhonnête m’est venue à l’esprit: pourquoi ne pas m’en réserver un? Sur les trois œufs, j’en ai remis deux dans l’allée centrale. Il n’a pas fallut attendre plus de trente secondes pour les voir disparaître, les clients en étaient presque venus aux mains pour les avoir.Mais le 3ème, toujours caché dans le carton, je l’avais amené à l’accueil. J’avais laissé comme consigne à l’hôtesse d’accueil que j’allais venir le payer pendant ma coupure de midi.

J’avoue que j’en ai bien profité, mais qui n’en aurait pas fait de même à ma place? Et puis j’avais bien vu des collègues faire de même auparavant. Je me rappelle de cette promotion exceptionnelle sur du whisky avec 100% du prix rendu en bon d’achat. Un petit groupe de caissières faisaient parties de celles qui abusaient le plus. De là à dire qu’elles sont le plus portée sur la bouteille, il n’y a qu’un pas que je franchirais pas. Hihihi…

Après un mois absolument démentiel au niveau professionnel, j’ai enfin pu reprendre ce blog en main. Vous avez dû remarquer que j’ai changé pas mal de choses. Hé oui j’ai sauté le pas je suis passé de la version de Dotclear à la version 2, un peu galère mais je m’en suis sorti. L’avantage est que je pourrai, entre autre, mieux gérer les spams. C’est vrai quoi, j’en avais marre de recevoir une centaine de commentaires bidons par jour. Le style actuel n’est pas définitif, mais il est susceptible de changer ces prochains jours. Et voila!!

Partage

6 réponses

  1. Les passes-droits, ça ne marche pas tout le temps: Jéjé ne veut pas me mettre deux bouteilles de champagne pour samedi prochain, dernier jour du catalogue… 🙁

  2. Oh le vilain Jéjé!! Tu aurais dû me le dire samedi, je lui aurais tiré les oreilles après être allé faire la bise à Rololo.

    Néanmoins, encore un cas de caissière qui essaye de se faire mettre des bouteilles de côté. ^_^

  3. Ne t’inquiètes pas tu les auras tes bouteilles si je ne les ai pas encore bues lol

  4. Et bien voila, il suffisait de le demander gentiment. Tout est bien qui finit bien. *\o/*

  5. c’est pas bien !!!! ouh le vilain !!! et en plus tu caftes sur les collègues !!! shame on you !!! lol

    bon et il est où alors mon chocolat ?

  6. Et alors, l’était bon cet énorme chocolat? pas de crise de foie? mmmhhh, j’aurai fait pareil (ou peut être même que j’en aurai pris 2, en fait….!!!!).
    Sympa cette nouvelle déco, sinon !!! 🙂

Laisser un commentaire

 
Home En rayon Les petits passe-droits