Chroniques de supermarché 

Facebook Twitter Gplus E-mail RSS

Les caissières …

Entrer dans une grande surface pour y faire ses emplettes est une chose, en ressortir en en est une autre. Après avoir enduré les pires tentations, essayé d’imposer sa priorité à gauche au volant de son caddie, supporté le froid des allées de produits frais ou l’odeur des poissons sur leurs étalages, il est temps de quitter le merveilleux monde des codes barre et de rejoindre le monde libre. Pour s’en echapper, il est un point de passage obligé: les caisses. Ce qui m’amène à vous décrire la sympathique tribu des caissières … (Sarah et Julie, je vous dédicace ce billet)

Les caissières sont comme des douanières à qui il faut payer une taxe (plus ou moins élevée pour avoir le droit de sortir du pays de la grande distribution avec des souvenirs). Les caissières sont aisément reconnaissable par leur uniforme: t-shirt à l’éfigie du magasin et une jupe bleue (un peu comme pour les gendarmes). Elles ont à leur disposition toutes sorte de gadgets pour se faire respecter, comme un lecteur de codes barre, un portail anti-vol et un téléphone (permettant un contact permanent avec le monde extérieur). Des croyances populaires affirment que les caissières sont culs de jatte car les clients ne peuvent pas voir leurs jambes, la vérité est tout autre je vous rassure.

Les caissières n’ont pas toutes le même sens de l’humour, c’est d’ailleurs ce que je peux vérifier chaque samedi. En effet mon chef me laisse assez souvent sont téléphone portable afin de gérer les appels des caissières en pleine detresse. A chaque coup de téléphone, je décroche et répond avec une voix grave. Il arrive qu’elles me confondent avec mon chef (ce qui en soit est le but recherché), jusqu’à ce quelles se rendent compte de la supercherie et s’écrient « Mais ce n’est pas Daniel!! » (le prénom de mon chef). Les plus énervées raccrochent immédiatement me laissant en plan au bout du fil. Les autres deviennent plus joviales. S’ensuit alors des chantages du genre « Et pourquoi je te donnerai le prix de la bière Grimbergen 65cl? Tu me payes un café en échange? » (ce qui les fait râler, hihi), ou alors des blagues à 2 balles pour les faire patienter. Pour ma part, c’est ce que j’adore faire. D’ailleurs j’en profite pour passer un petit message à la caissière n°2: « partante pour une soirée seuls tous les deux? » (au passage j’emmerde je m’excuse auprès des gens qui ne sont pas concernés par ce message)

Certaines rêvent de pouvoir s’échapper de leurs chaises à roulettes et de partir à la conquête du magasin. C’est ce qui leur arrive si elles sont sages. Elles peuvent alors se dégourdir les jambes pour ramener les produits lâchement abandonnés en caisse par les clients dans les rayons. Il n’est pas rare non plus d’en croiser dans les réserves (elles y pénètrent à leurs risques et périls, héhé …) où elles peuvent subir nos brimades: « Ben alors ma jolie, on s’est perdu? ». Mais bon, ne nous attardons pas sur ces faits sans importance (non non, n’insistez pas).

Contrairement à nous, petits manutentionnaires, elles ne sont pas libres de choisir l’heure de leur pause. Cela peut donner lieu à des regards moqueurs, voire nargueurs lorsque nous nous dirigeons en salle de repos. Aussi il n’est pas rare de voir un cassière courir aux toilettes ne pouvant plus se retenir car cela faisait plus de 4h qu’elle attendait sa délivrance. Mais bon, les moments de pause (malheureusement trop courts) sont des moments où elles peuvent se lâcher. N’allez pas penser que prendre sa pause avec une dizaine de caissières (j’en connais qui doivent fantasmer) est de tout repos, notamment quand elles parlent chiffons (« bon ben moi je vais vous laisser et retourner travailler … »). Dans ce genre de situation, j’ai bien envie de lancer une blague grivoise ou une flatulence pour affirmer mon côté masculin mais la descence me l’interdit.

Au final on les aime bien les petites caissières. Leurs charmants sourires nous incitent à vite revenir faire nos courses.

Be Sociable, Share!

5 réponses

  1. haan, vil maltraiteur de caissiere !

  2. haan, vil matraiteur de boule noir au billard !
    A bientôt, pour la troisième manche.

  3. C’est étrange. Je me reconnais totallement dans ce que tu dis. lol.

    Pour le rangage des articles (même si c’est pas francais), je suis le premier partant. lol. D’ailleurs, ils arrivent que certain clients vous interpellent dans les rayons pour vous racontez ce qui leur est arrivé ce week end. lol

  4. j’en connais qui doivent fantasmer, je nn’ai pas tout à fait saisi ce point précis. à part cela, biller très intéresant, comme souvent ! merci et cvontinue !

  5. merci pour ce biller, c’est toujours intéresant de vous lire. Je me demandais cependat pourquoi cette parenthèse : j’en connais qui doivent fantasmer ? 🙂

Laisser un commentaire

 
Home Les caissières Les caissières …