Chroniques de supermarché 

Facebook Twitter Gplus E-mail RSS

Ceux qui se lèvent tôt

Pendant que vous, consommateurs moyens, dormez profondément dans votre lit, un spectacle silencieux se met en marche devant votre magasin préféré quelques heures avant son ouverture. A écouter le petit Nicolas, les français méritants sont ceux qui se lèvent tôt, mais ce ne sont malheureusement pas ceux qui gagnent le plus. Si vous êtes étudiant et que vous venez de signer pour un job de mise en rayon cet été, ne lisez pas la suite car cela pourrait vous faire regretter votre geste. Attention, cela peut heurter la sensibilité des plus feignants d’entre vous. 😮

L’illustration est de ~SimpleOona

Qu’il pleuve qu’il vente ou qu’il neige, en plein été comme en plein hiver le scénario reste invariablement le même. Je vais tenter de vous le faire vivre comme si c’était vous étiez à ma place. Imaginez que vous arrivez sur le parking de votre magasin à pied environ un quart d’heure avant le début de votre service (qui commence à 6h ou parfois même à 5h du matin). Il fait encore nuit, vous avez un peu froid, alors vous pressez le pas. Quelques voitures sont garées vers l’entrée du personnel. A l’intérieur quelques employés écoutent la radio, fument une dernière cigarette. Puis à quelques pas de la porte de service, ils profitent que vous dégainiez votre carte de pointage pour entrer avec vous. Ils se pressent de quitter leur véhicule et vous rejoignent en courant. Des échanges de « bonjour » seront les seuls mots prononcés car le silence est de rigueur. A vrai dire personne n’est assez réveillé pour se montrer plus bavard. 😡

Chacun monte l’escalier menant aux vestiaires, ou plutôt se traîne marche par marche. A que le chemin vous paraît long, vos jambes ont du mal à vous porter. C’est là que vous réalisez toute l’utilité de l’objet que l’on appelle « rampe d’escalier ». D’autres auraient pu y laisser leur vie, mais vous, vous avez la présence d’esprit de vous hisser à bout de bras tout en haut et rampez jusqu’à votre vestiaire. Vous recherchez votre casier, vous galérez à tourner la clef dans votre cadenas tout en vous appuyant sur la porte, des fois qu’elle tombe. Mais le plus dur reste à venir: enfiler vos chaussures de sécurité. Après avoir confondu 3 fois de suite votre pied droit de votre pied gauche, vous pouvez enfin tenter de faire vos lacets. Vous auriez pu vous asseoir sur la chaise à côté de vous et ainsi vous faciliter la tâche, mais vous avez préféré vous agenouiller. Et vous avez bien raison car derrière cet objet anodin se cache un terrible piège tentateur, vous auriez pu vous endormir dessus. :S

Reste à vous servir un café pour vous remettre de tant d’émotions. Vous vous dirigez vers la salle de pause. Mais attention il ne faut surtout pas allumer la lumière, de peur de réveiller ceux qui s’y trouvent déjà. Vous insérez votre clef et commandez un café bien corsé. Malheureusement le bruit de la machine en a fait sursauter sursauter quelques uns assis près de la fenêtre. Vous vous trouvez une chaise et soufflez quelques minutes, tout en luttant contre le sommeil. Vous essayez de boire proprement, un accident est si vite arrivé. Il faut avouer qu’une trace marron sur votre t-shirt aurait été malvenue, vous auriez eu fier allure devant les clients. Dans la salle de pause d’à côté, les fumeurs eux aussi sont dans l’obscurité. On peut les compter rien qu’en se fiant aux lueurs rougeâtres de leurs cigarettes. Etrangement le nuage de fumée ne les dérange pas, pourtant ils devraient se cogner contre un mur en cherchant la sortie mais il n’en est rien.

Bon allez, assez rigoler! Les rayons ne peuvent plus attendre. Halala, ce n’est pas facile tous les jours, ça je peux vous l’assurer. 🙂

Le prochain billet: Un peu de poésie, borde!!

Be Sociable, Share!

2 réponses

  1. Coucou Nico

    Coucou Nico
    Et oui Nico à commencer si tôt il y a de grd moments de solitude hein?

    Je me revois arriver à 4h30 pour prendre mon service à 5h00 et une 1/2 heure ça passe vite quand on est pas bien réveillé.
    A partir du moment ou j’avais mis les pieds dans l’établissement j’étais comme le lapin dans "alice aux pays des merveilles" toujours à mater ma montre (top chrono) même pas le temps de prendre un kfé car si toi t’est pas bien réveillé ta montre elle! toujours en service "pas de pitié".

  2. Alors comme ça Corinne tu travaillais au coffre? Tu as donc toi aussi connu l’enfer des levés tôt. Ça ne va pas nous manquer. ^_^

Laisser un commentaire

 
Home En coulisses Ceux qui se lèvent tôt